15, route du Coin 42400 Saint-Chamond 04 77 22 01 56 Contactez-nous
la-creation-du-pole

La création du pôle

« L’oralité comme solution aux défis de l’Ecole à l’heure du Grand Oral. »

Depuis 20 ans, un « moment oral » semble naître dans le paysage éducatif. Si l’Ecole s’est développée grâce au culte de l’écrit, l’oralité semble être une condition de sa rénovation, de son entrée dans le 21ème siècle. Face aux défis de la modernité, aux enjeux scolaires et républicains, l’oralité résonne de plus en plus comme une solution, un recours possible, un moteur du changement.
Et si l’oralité était un moyen de renouveler l’Ecole, de répondre aux défis de l’institution scolaire et des enjeux de société ?

C’est en tout cas, le défi que j’ai décidé de relever en créant en 2018, une structure unique en France : le « Pôle de l’Oralité », qui surplombe largement les objectifs du Grand Oral.

FAIRE DU GRAND ORAL, UN LEVIER POUR CHANGER L’ECOLE ET ENSEIGNER L’ORALITÉ

Avec la mise en place du Grand Oral du Bac en 2021, l’occasion était trop belle pour moi pour ne pas voir un signe de prise en compte de l’oralité dans l’univers scolaire.
La mise en place d’une notation de l’oral, comme l’indique le rapport Delay nous montre que la prise de parole en public doit être enseignée pour elle-même, comme un objet d’enseignement à part entière.
Cependant, aucun moyen n’a été donné pour parvenir à cet objectif : pas de formation à l’oralité pour les élèves, pas de destinée pour l’épreuve du Grand Oral.
Avec le soutien de personnalités influentes comme Bertrand Périer, avocat au conseil d’Etat, Viviane Youx, présidente de l’AFEF, et avec le soutien de directeurs, de formateurs, de professeurs, de parents, de chercheurs et d’élèves, j’ai demandé à ce que le Grand Oral dispose de véritables moyens, à hauteur des ambitions qui sont les siennes.
Former à la prise de parole en public est alors essentiel. L’éducation à la parole qui répond à des codes, des techniques qui sont celles de l’orateur doit pouvoir être enseignée dans l’univers scolaire, avec des professeurs spécialisés dans ce domaine, des cours, des projets, des formations, des connaissances.
Ainsi, avec un cahier de doléances, chacun apportant sa pierre à l’édifice de la construction de l’oralité comme objet d’enseignement, j’espère montrer à quel point l’oralité peut être un levier pour changer l’Ecole, en modifiant la routine scolaire, les modalités d’enseignements, les pratiques éducatives et pédagogiques.

L’ORALITÉ N’EST PAS QU’UN ENSEIGNEMENT, C’EST UN MOYEN DE RÉPONDRE AUX DÉFIS DU 21ÈME SIÈCLE !

Révolu le temps des exposés pour simple enseignement de l’oral !
L’oralité est une vision globale de la société, et son enseignement est une réponse à ses défis.
Celle-ci n’est pas seulement l’éloquence, goutte d’eau dans l’océan de l’oralité, mais elle est bien plus large. Elle correspond à une vision anthropologique du monde, qui consiste à penser que la prise de parole en public est une compétence transversale systémique, nécessaire au milieu académique, professionnel, politique et social.
Celle-ci est aux confins de défis fondamentaux qui segmentent le 21ème siècle : le défi numérique (visio-conférence – vidéo), du lien social (l’oral comme médium principal de communication), de l’intégration (républicaine et professionnelle), de la langue française, des valeurs républicaines, des nouvelles éducations (voix – corps – émotions), de la citoyenneté (esprit critique – liberté d’expression etc).
Elle surplombe largement les objectifs du Grand Oral, qui se réduit à une notation de l’oral sans préparation ni destinée. C’est pourquoi j’ai décidé de créer le « Pôle de l’Oralité », qui vise non seulement à enseigner la prise de parole en public, mais aussi à changer les pratiques scolaires grâce à l’oralité, tout en répondant aux défis et enjeux que nous avons pu mentionner et qui segmentent le parcours de nos élèves.

Sylvain BEGON, Coordinateur du « Pôle de l’Oralité »